Multiplication de végétaux.

Produire en nombres, et à moindres frais, fleurs, légumes et arbustes ou rajeunir des plantes font partie des techniques à la portée du jardinier amateur. Zoom sur cinq méthodes de multiplication. 

Division de la ciboulette

Semer

Semis de poivron - F. Marre - Rustica

Le semis est le moyen de propagation naturel des plantes. Déposées sur un substrat (terre, terreau…), les graines germent en un temps variable (de quelques jours à quelques années). Plus les graines sont fines, moins elles doivent être enfouies profondément. Arroser régulièrement en pluie légère. 

Quelles variétés semer ? A quelle période ? Comment ? Toutes les techniques dans notre article Semer : les clés de la réussite

Avantage : le semis est la méthode la moins onéreuse. Le choix de variétés à semer est vaste. 
Inconvénient : le semis ne permet pas de reproduire fidèlement des variétés horticoles sélectionnées.

Diviser

Division d'une touffe d'oseille - F. Marre - Rustica

La division convient aux plantes herbacées possédant une souche vivace, c’est-à-dire qui repousse chaque année.

Comment, quand et quelles végétaux diviser ? Réponse dans notre article La division des plantes.

Avantage : la division donne des plantes identiques au pid mère, sans recourir à un matériel particulier. 
Inconvénient : inadaptée pour les végétaux à pivots, la division convient à ceux bien développés.  Sur le même thème

Bouturer

Bouturage de plectranthus - F. Marre - Rustica

Le bouturage s’effectue en prélevant un fragment de végétal (tige, racine, feuille ou bourgeon). Planté dans un substrat, il produit des racines et donne une plante semblable à celle dont il provient.

Quels végétaux bouturer ? Comment procéder ? Tout sur le bouturage et les différents types de bouture

Avantage : il permet de reproduire fidèlement les plantes qui émettent peu de graines, les stériles ou les hybrides (issus de croisement). 
Inconvénient : délicat pour certains végétaux comme le camélia ou le rhododendron.

Marcotter

Marcottage de l'hortensia - J. Le Bret - Rustica

Le marcottage, naturel chez certains végétaux, tel le lierre, consiste à provoquer l’émission de racines sur un rameau sans le détacher de la plante mère. Celle-ci le nourrit tant qu’il ne s’alimente pas seul.
Repérer une ramification basse au pied de l’arbuste ou une tige rampante. La coucher dans une tranchée en la maintenant par un cavalier fiché dans le sol. Relever l’extrémité et l’attacher à un tuteur. Reboucher la cuvette avec du terreau. Au printemps, séparer la marcotte, qui a produit des racines, de la plante mère. 

Avantage : technique simple, le marcottage permet de multiplier des végétaux qui ne se bouturent pas. La nouvelle plante est génétiquement identique à la plante mère.
Inconvénient : le marcottage s’avère long et faiblement productif. 

Greffer

Greffe

Pour greffer, il faut souder 2 plantes de la même famille, voire d’un genre différent. Les racines de la plante hôte (le porte-greffe) alimentent la partie aérienne (le greffon).

Tout sur la greffe dans notre article Comment greffer ?

Avantage : incontournable pour multiplier arbres fruitiers et pivoines, la greffe permet de reproduire des végétaux difficiles à bouturer et de conserver toutes les caractéristiques génétiques des plantes mère. 
Inconvénient : le greffage reste très délicat à mettre en oeuvre.

Par Marie-Christine LE BRET